Dépollution in situ

La dépollution « in situ » est un mode de traitement qui permet d’extraire et de traiter les polluants sur place et nettoyer les sols et la nappe phréatique.

Cette technique utilise le potentiel de micro-organismes. Elle est valable pour les polluants organiques. Elle consiste en la mise en place d’un dispositif d’injection par puits de manière à apporter aux micro-organismes dont on souhaite développer l’activité, les éléments dont ils manquent (oxygène, nutriments, …).

Les micro-organismes se multiplient alors et dégradent le polluant organique. Les solutions injectées sont ensuite récupérées.

  • Cette technique présente de nombreux avantages : elle est efficace contre de nombreux produits organiques ;
  • elle ne nécessite pas d’excavation ;
  • elle est discrète ;
  • le coût de la mise en place n’est pas très élevé ;
  • elle permet de maintenir les activités du site contaminé.

Les méthodes in-situ peuvent se répartir en deux catégories, sur base de l’endroit où se déroulent le traitement et la transformation chimique des contaminants :

  • les techniques visant à extraire les contaminants du sol et à les traiter via une installation d’épuration «hors sol». Les possibilités les plus courantes, à ce niveau sont le « pump & treat » et le « venting » ;
  • les techniques visant à l’élimination des contaminants au sein même du sol, sans extraction, comme illustré ci-contre.

Le pump & treat

il s’agit d’une méthode d’assainissement très simple qui consiste à décontaminer une nappe phréatique en installant un système de pompage de l’eau souterraine et, en la traitant via une installation d’épuration. L’eau dépolluée est ensuite rejetée à l’égout ou en surface.

Le venting

Cette technique consiste à aspirer les polluants volatils présents dans la phase gazeuse du sol en appliquant une dépression dans les pores du sol, provoquant ainsi l’aspiration de l’air qu’ils contiennent et des éventuels polluants volatils associés.

L’intervention a lieu le plus souvent par l’intermédiaire de forages crépinés. La phase gazeuse récupérée est traitée en surface.

Diverses techniques peuvent être utilisées :

  • oxydation thermique ;
  • filtration sur charbon actifs ;
  • biofiltres ;

Le bio-venting

Le principe consiste à injecter de l’air sous pression dans la zone non saturée du sol afin d’entraîner les contaminants volatils. Le venting est couplé avec un système d’air vacuum pour éviter de rejeter des contaminants gazeux à la surface ou vers des zones non maîtrisées. L’injection et la récupération de l’air se fait par l’intermédiaire de forages, pointes filtrantes ou drains enterrés. L’air doit être injecté avec une pression suffisamment forte pour permettre la volatilisation des contaminants.